Décollage au treuil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Décollage au treuil

Message par Admin le Mar 24 Mai 2016 - 1:15

Le treuillage implique :
- la constitution d'une équipe soumise à une discipline rigoureuse (planeur, treuil, voiture, piste )
- des conditions météo limites ne devant pas être transgressées (vent arrière ou supérieur à 35 kts, pluie, orage, plafond bas et mauvaise visibilité)
- l'utilisation indispensable de moyens de communication en bon état.


LE PRINCIPE

Il existe de nombreux types de treuil construits par des industriels ou par les vélivoles. Un moteur puissant (de 200 à 400 cv) entraîne des bobines sur lesquelles s'enroule un câble de 700 à 3000 m selon la longueur de la piste. Pour augmenter le rythme des décollages, le treuil est équipé de plusieurs bobines (souvent 2 câbles, jusqu'à 6 pour les plus gros treuils).
Les câbles sont d'abord déroulés au moyen d'un tracteur ou d'une voiture.

A l'extrémité du câble, on trouve:
- un parachute qui ralentira la chute du câble après le largage du planeur et permettra un enroulement correct sur la bobine du treuil.
- un fusible adapté au poids du planeur qui se brisera en cas d'effort anormal.
- l'anneau qui permet d'accrocher le câble au planeur.

Quand le pilote est prêt, un aide accroche le câble et tient l'aile du planeur à l'horizontale pour faciliter le départ.
Avant le treuillage proprement dit, le treuil enroule doucement le câble jusqu'à ce qu'il soit tendu.
Dès que le câble est tendu, le treuilleur applique la puissance correspondant au poids du planeur. La vitesse minimale pour que le planeur soit pilotable est atteinte quasi immédiatement.
Le décollage a lieu après quelques mètres de roulage à une vitesse d'environ 80km/h. Le vol commence par une rotation lente jusqu'à ce qu'une altitude minimum de sécurité soit atteinte. Ensuite, le pilote câbre plus franchement et maintient une vitesse régulière.



Le câble peut se rompre. Selon l'altitude à laquelle la casse a lieu, le pilote choisit de se poser droit devant sur la piste ou effectue un tour de piste et se pose normalement. Ces procédures sont étudiées par des casses simulées par l'instructeur lors des premiers vols en double-commande afin que l'élève la maîtrise avant son lâcher.


LES PHASES DU DECOLLAGE EN DETAIL

Roulage
Maintenez l'axe et l'inclinaison nulle (importance du palonnier ... par exemple à fond à gauche sur un planeur à crochet désaxé type Ka6).
Assiette de roulage = point d'équilibre sur le train principal.
Attention aux planeurs ayant une tendance à cabrer naturellement : manche à fond en avant au départ.
Restez vigilants au démarrage qui est assez brutal.
Surprise = réaction tardive et /ou mal dosée.

Le décollage et la montée initiale
Lorsque la Vi est suffisante, sollicitez le décollage par une pression du manche vers l'arrière jusqu'à atteindre l'assiette dite de « sécurité ».
Attention à l'autocabrage (planeur + pilote).
Absence de rotation : danger de rattraper le parachute.



La montée initiale s'effectue à cette assiette de sécurité (10 à 15°) jusqu'à une hauteur de l'ordre de 60 m pour pallier les conséquences fatales d'une rupture de câble ou d'un largage intempestif.
Les séquences s'enchaînent très vite.

Montée à trajectoire optimale
A la hauteur de sécurité adoptez SOUPLEMENT mais sans perdre de temps la pente de montée, l'assiette est inhabituelle (45°), regardez vos ailes.
Maintenez la Vi (plutôt galopante au début) entre la Vs (v. de décrochage) et la Vw (v.max de treuillage) par de faibles corrections d'assiette.
Aidez-vous des nuages en fixant le nez du planeur.
Assurez la symétrie (fil de laine) sans pédaler.
Sur demande du treuilleur, corrigez une dérive du planeur par une conjugaison des commandes.
Ne surpilotez pas, votre planeur volera d'autant mieux.



Le largage à la fin de la montée
L'assiette est de – en – cabrée.
L'effort sur le manche de + en + grand vers l'arrière.
Sensation de ralentissement au gain de hauteur.
Très souvent à l'issue de la treuillée, l'assiette est trop à cabrer. Par prudence, appliquez la check-list mnémotechnique en français RELAVER :
RE       Rendre la main pour rejoindre l'assiette de référence
LA       Larguer 2 fois par sécurité
VER     Vérifier: AF fermés, Vitesse


SECURITE

Au sol : pensez à bien dégager la poignée jaune de largage et entraînez-vous à la saisir instinctivement. Connaissez l'ergonomie de votre cabine.

Aile touchant le sol au décollage : ne cherchez pas à comprendre, larguez immédiatement, quelle que soit la vitesse.

Perte de contrôle du planeur en cours de treuillée avec incidence critique atteinte par une assiette trop cabrée et dérapage ou non contrôle de l'inclinaison (spirale engagée) : n'attendez pas, larguez, reprenez le contrôle du planeur et choisissez l'approche en fonction de votre hauteur.

Casse de câble ou largage intempestif
Au roulage c'est le plus facile : maintenez la trajectoire rectiligne, l'inclinaison nulle, sortez les A/F et freinez.
Pendant la montée initiale : rendez doucement la main, prenez l'assiette normale d'approche, contrôlez la VOA, sortez les A/F et posez-vous droit devant.

Casse pendant la trajectoire optimale de treuillage
Rendez très franchement la main. Contrôlez et stabilisez la VOA. Larguez éventuellement le bout de câble restant.
En fonction de votre hauteur décidez de l'option pour la prise de terrain.

LES RISQUES D'ACCIDENTS

En piste
Présence de personnes aux abords immédiats du planeur en cours de tension du câble > risque d'impact avec le planeur.
Présence de personnes sur le câble en attente > si le conducteur du treuil tend le câble la personne est fauchée.

A la préparation du planeur
Pas ou mauvaise fixation des objets en cabine (surtout les batteries) > projectiles en cas de casse câble à la variation d'assiette.
Fixation insuffisante de la radio sur son rack > risque de déverrouillage de la radio qui glisse durant le treuillage et qui bloque le manche.

A l'installation à bord
Utilisation de coussin trop mou > le pilote s'enfoncera trop dans son siège et risque de perdre les commandes à la rotation.
Siège mal verrouillé > le siège reculera et le pilote risque de perdre les commandes à la rotation.
Sangles mal ajustées > le pilote glisse dans son siège et risque de perdre les commandes à la rotation. Le pilote se trouve 'éjecté' en cas de rupture de câble.

A la check-list
Verrière non verrouillée > la verrière s'ouvre durant la treuillée. Le pilote tente de la refermer et néglige le pilotage.
Aérofreins non verrouillés > ils s'ouvrent progressivement pendant le treuillage. Au largage, le taux de chute sera très important.
Pilote routinier > en cas de rupture de câble le pilote n'est pas prêt à réagir promptement

Au roulage
Une aile qui touche le sol
> câble qui s'accroche à l'aile
> compte tenu de la forte accélération liée au treuil, laisser toucher une aile au sol peut vite devenir dramatique.
Le risque majeur est le cheval de bois violent, pouvant se terminer sur le dos.

A la rotation
Rotation trop rapide > fort risque de décrochage dynamique. Par ailleurs, en cas de rupture de câble à basse hauteur, il est très difficile de revenir à l'assiette d'atterrissage.
Rotation trop lente > forte prise de vitesse et dépassement rapide de la VW. Pas de prise de hauteur.
Perte de puissance du treuil > mauvaise gestion de l'énergie nécessaire à l'atterrissage. Décrochage.

En montée à la trajectoire optimale
Perte de puissance du treuil > mauvaise gestion de l'énergie. Le pilote ne prend pas une assiette assez à piquer ou commence un virage en restant aux grands angles.

Arrow Treuillée préparée = bons souvenirs assurés !



avatar
Admin
Admin

Messages : 17
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 43
Localisation : Useldange

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum